Pourquoi a t-on associé à cette Tour le nom de " Robinson " ?


Un fils de tanneur, un commerçant aventurier, et un pasteur protestant sont à
l'origine de cette
Tour Robinson .


Tout commence en Ecosse en 1695 ; Alexandre Selkirk , fils de cordonnier et de tanneur, poursuivit par les autorités religieuses , s'enfuit en mer et embarque à bord du bateau du Capitaine  Thomas Stradling .

Alexandre Selkirk entre en conflit avec le Capitaine ,le bateau était endommagé et  Selkirk souhaitait sa réparation avant de franchir le Cap Horn .
Le capitaine refusa les réparations ,
Alexandre Selkirk demanda alors à être débarqué sur l'île Mas-a-Tierra (archipel Juan Fernández ) à 600 km des côtes chiliennes .

Alexandre Selkirk vécut plus de 4 ans sur cette île complètement seul et c'est le 2 février 1709 qu'un navire vint à son secours .
C'est de cette histoire qu'est né le " Robinson Crusoe " de Daniel Defoe en 1719 .

Un siècle plus tard , Johann David Wyss , pasteur suisse , décide d'écrire un livre inspiré du livre de Daniel Defoe , pour transmettre ses valeurs morales et protestantes à ses enfants avant de mourir .

En
1812, son livre est publié sous le titre " Le Robinson Suisse ou Histoire d'une Famille Suisse Naufragée " .

Dans ce Robinson Suisse ,toute une famille se retrouve échouée sur une île ,le pasteur ,sa femme et ses quatres fils .
La Tour Robinson vue du ciel en 1949
Photo extraite de la vidéo " Le Havre Secret "
Le Vrai Arbre de Robinson
A la fin du 19ème siècle le thème de Robinson était toujours dans l'air du temps ; en Octobre 1899 la pièce " Robinson  Crusoe " était jouée au Châtelet à Paris .
Plessis Piquet, probablement le premier parc de loisir ,est renommée Plessis Robinson par la suite .
La Tour de Robinson de Jacques Bignon  fut construite en 1890 à Plessis Robinson .
Emile Letellier n'a pas pu en profiter très longtemps de sa " Maison Tour " car il meurt le 9 avril 1893 au 286 rue de l'Abbaye .

C'est finalement en mai 1898 qu'un certain monsieur Carré (Laurent Durrel ) fit de cette ronde tour un restaurant qu'il baptisa :

            " à la
Tour du Grand Robinson " comme à  ........ Plessis Robinson .
Nous retrouvons toujours Félix Faure, Jules Siegfried et Emile Letellier
comme membre de la
SHED en 1888 .
La tour d 'Emile Letellier
Le manoir de Calletot ci-dessous, photographié par Emile Letellier à Bolbec ou il résidait à l'époque est une maison avec deux tours .
Peut-être le souvenir de cette photographie (
ici  )et la fréquentation d'hommes fortunés possédant des châteaux ont donné envie à Emile Letellier d'être aussi un peu châtelain .

Emile Letellier avait photographié des tours,des châteaux une bonne partie de sa vie.
Les châteaux à l'époque étaient recherchés par les personnes fortunées
.
Dans le recueil de la SHED publié 1888, Emile Letellier donne comme nouvelle  adresse " rue de l'Abbaye à Graville St Honorine " .
Les Tours de Fréfossé construites par Ernest Dubosc sur la falaise d'Etretat .( construite en 1890/1891)
Eugène Boudin " la Plage à Etretat "1890
Eugène Boudin "La Falaise d'Aval à Etretat "1890
Kiosques dans les arbres à Plessis Robinson
Des nouvelles de l'île de Juan Fernandez dans le journal "le Constitutionel" et dans le Journal de Rouen confirment que l'histoire de Robinson était dans l'air du temps à cette époque .
Adolphe Joanne , dans son livre " Les Environs de Paris " publié en 1878, précise que Joseph Gueusquin était un industriel .
D'autres ont dit qu'il était ouvrier ou restaurateur .
Eugène Boudin
Le Peintre des Plages
La photographie était devenue une aide précieuse pour décrire un objet du
Association Normande 1882 session de Bolbec
Une envie de Tour dans les années 1890 !
Les liens existants entre Ernest Dubosc et Emile Letellier sont visibles ( voir les autres pages ) .
Des liens qui pourraient exister entre
Jacques Bignon et Emile Letellier ou Ernest Dubosc n'apparaissent pas,mis à part le nom de "Robinson" .

La tour d'
Emile Letellier a pris le nom de Robinson après sa mort ,nom emprunté à la tour de Jacques Bignon à Plessis Robinson .
Un livre de la première livraison de la  Normandie Monumentale et Pittoresque  fut offert à "La Société de l'Histoire de Normandie"  le 9 Novembre 1891 .

Dans ce volume ,il est fait mention de ces tours ( de
Fréfossé ) construites sur les falaises d'Etretat .

En supposant qu'au début de l'impression des premières livraisons,le volume complet etait déjà écrit ,ce texte confirmerait aussi que ces tours de
Fréfossé étaient bien là en 1891 .
Itinéraire Général de la France de 1901
remplacer le mot " moderne " par " récente "
Eugène Boudin avait demandé à la Mairie du Havre en 1872 une copie de la délibération du conseil municipal de 1852 qui lui avait allouée une pension annuelle pour trois ans .

C'est
Felix Faure ,alors adjoint au Maire qui apposa le 1er Août 1872 le sceau de la ville du Havre sur cette copie .
Le Salon National des Beaux-Arts fit une exposition des tableaux de Eugène Boudin en 1891 ou l'on peut y voir " La Falaise d'Aval ",ce qui confirme que ces tours étaient bien là en 1891.
à partir de 1890 , Eugène Boudin expose aux Beaux Arts de Paris
20 septembre 1895
6 Septembre 1896
La tour de Jacques Bignon était terminée en 1890 , celle de Ernest Dubosc était terminée en 1891,voire 1890 d'après les tableaux de Boudin, et Emile Letellier a habité sa Maison-Tour en 1888 .
Attention, les dates choisies par les experts en peintures sont parfois approximatives.
Sur ce lien ci-dessous , les experts prudents ont daté la toile  entre 1890 et 1894 .
Les parisiens prirent l'habitude de s'en aller déjeuner à
"
l'Arbre de Robinson ",à " Robinson "ou au " Grand Robinson ".

Ce lieu eut tellement de succès que
Joseph Gueusquin y installa même un orchestre .Des bals furent organisés et c'est ainsi qu'en 1848 la première guinguette apparue .

A partir de
1855,Plessis Piquet eut un succès considérable .
De nombreuses guinguettes s'installèrent autour de l'
Arbre de Robinson, imitant Joseph Gueuquin avec ses pavillons dans les arbres .
Par la suite
Plessis Piquet prit le nom de " Plessis Robinson ".
Inspiré par la lecture du" Robinson Suisse " ,Joseph a l'idée  de construire deux  kiosques dans les branches d'un énorme châtaignier  .
En 1890 ,Jacques Bignon, frère aîné de Louis Bignon se fait une construire une Tour à Plessis Robinson près de la première guinguette.
Les visiteurs de Plessis ont appelé cette tour ......... .......
.." La Tour de Robinson ".
Cette tour était accolée egalement à une maison .
Comme les affaires marchent bien ,Joseph Gueusquin achète un terrain et construit tout d'abord un simple cabanon .
En 1845 ou 1846,Joseph Gueusquin se promenant près de la gare toute nouvelle de Plessis Piquet, voyant de nombreux parisiens débarquer en fin de semaine , décide d 'ouvrir une buvette sous les arbres .
Plessis Piquet se trouve au sommet d'une colline dont le point culminant est de 150 mètres avec un magnifique panorama sur les alentours .
Photographie Collection Michel Fouquet
Rue de l'Abbaye devenue rue Pablo Neruda
Construire une maison avec une tour était chose courante au 19ème siècle en France,en Europe et en Amérique.
Extrait du "Robinson Suisse "
Les documents précisant les dates de construction de la Tour Robinson et des Tours de Fréfossé ont disparus, seule celle de Jacques Bignon est connue .
La Tour Robinson dans les années 50
Deux tableaux de Eugène Boudin ou ces tours apparaissent sont datés de 1890 . Mais d'autres sont datés entre 1890 et 1894 .
" Passé le cimetière ( St Marie ), autrefois c'était la campagne

la route bordée de talus herbus et d'arbres rustiques ,

suivait le coteau , laissant des échappées sur le panorama ,

ce qui en faisait une promenade agréable.

On allait collationner à 
La Tour Robinson . "
Collection Michel Fouquet
  C'est Emile André Letellier qui a habité cette maison flanquée d'une tour entre 1888 et 1893 au 286 ,rue de l'Abbaye  ( rue Pablo Neruda ,le numéro changea par la suite).
Julien Guillemard ( né au Havre -1883-1960 )
Robinson par Maguy Fred
PLAY
Monsieur Louis Catelain qui habitait en 1919 la Tour Robinson au 286, rue de l'Abbaye avait perdu son portefeuille et offrait une bonne récompense à qui le lui rapporterait .
Le Petit Havre , 4 décembre 1919 , archives du Havre

Pour se protèger des animaux sauvages, ils décident de construire "une maison " dans un arbre ou tout la famille se retrouve pour manger et dormir .
Bernardin de Saint-Pierre, né le 19 janvier 1737 au Havre, lui aussi fut fasciné par l'histoire de Robinson . Sa maison au Havre fut détruite en octobre 1875 .
Octobre 1875
Ce dessin publié en 1891 dans le guide touristique de Constant de Tours nous confirme également la présence de ces Tours sur la falaise d'Aval en 1891 .
Construite entre 1887 et 1893 .
avril 1875 , c'était plutôt le 49 rue de la Corderie
Archives Commerciales
25 mai
1898
En 1847 c'était le 17, rue de la Corderie
membres à vie
En 1908 , la ballade en âne était toujours une attraction très demandée
ex Mont Joly : le fort de Frileuse tout près s'appelait aussi fort de Mont Joly
D' autres cafés champêtres
Septembre 1873
Un Robinson des Falaises à St Adresse